Le sang des templiers, de Jonathan English

WTF ? C’est la question que je me suis posée le plus grand nombre de fois en regardant Le Sang des templiers. WTF, et puis aussi « mais qu’est-ce que je fous là ? » Je vous pose le contexte. Vendredi soir, rien de prévu, fin du boulot à 20h15. Envie de sortir mais pas trop, proposition de ciné, c’est parti. Là, je déchante un peu. A voir Les Tuches, le Sang des templiers, Sortilèges, M. Popper et ses pingouins et Honey 2 sur mon programme ciné, je me sentais un peu comme une carnivore devant un plat de tofu. Du coup, plus par ennui que par envie, mon choix s’est porté sur le Sang des Templiers.

affiche-le-sang-des-templiers

Il en a une grosse épée !

Le film se passe en Angleterre en 1215. Le Roi Jean, forcé par les barons qui en avaient marre de le voir exercer son droit de cuissage sur leur femme, vient de signer la Grande Charte qui en gros fait disposer à chaque homme de sa liberté. Sauf que le perfide, le cruel, le sans-cœur souverain décide de faire payer cette traitrise à tous ceux qui ne l’ont pas soutenu, aidé de mercenaires Danois. Pour ça la clef de sa réussite est de réquisitionner le château de Rochester qui permet de contrôler tout le sud de l’Angleterre. Sauf qu’en face de lui s’érige le baron Albany, un templier, une poignée de ses tepos, l’armée du château et la jeune et jolie femme du châtelain. Pour un total d’une vingtaine d’homme. Contre quelques centaines. Bon alors bien sûr, ils résistent au premier assaut finger in the nose et profitent des quelques instants de répit pour faire connaissance.  Ça c’était le résumé, passons maintenant aux WTF.

Le titre WTF. Le Sang DES Templiers. Il faut savoir qu’il y a trois templiers pendant les trois premières minutes du film. Après pfiuuut, y en a plus qu’un. Il est le personnage principal de l’histoire qui apporte du mystère (Mais pourquoi donc a-t-il fait vœux de silence et de chasteté ? Comment donc a-t-il retrouvé son épée pour la première bataillé alors qu’il n’était pas armé ? Et qu’est ce qu’il faisait donc avant d’être templier ?) mais quand même, c’est pas lui qui apporte le plus d’hémoglobine à cette histoire sanglante. En VO, le titre est Ironclad, ça veut dire en gros « habillé de fer ». Ça sonne vachement mieux qu’un titre généraliste sur une confrérie secrète censée faire vendre, mais dont finalement il n’est que très peu question dans ce film.

La réalisation WTF. Question Templiers, on l’a vu, le titre est assez trompeur. Question sang par contre, on est servi. Vas-y que je te découpe à la hache, et que je te libère les viscères. Un festival de globules rouges dans des scènes parfois gores mais ça amène une touche de réalisme qui ne serait pas déplaisante si elle n’était pas trop exploitée. L’ennui, aussi, c’est que les scènes de combat sont à vomir. Littéralement. On ne voit rien, ça va trop vite, ça bouge dans tous les sens, impossible de suivre ce qui se passe. Je peux vous dire que ça a remué les tomates farcies de Jacky-Jack dans mon estomac et que plusieurs fois, j’ai cru qu’elles allaient partir avant la fin du film. Après pour le reste il y a de beaux paysages et de beaux plans qui jouent sur les reflets. Le calme après la tempête.

photo-Le-Sang-des-Templiers-Ironclad-2011-2

Un Danois avec des poils.

Les déjà-vus WTF. Un groupe de combattants braillards, complices aux personnalités distinctes qui ont traversé de nombreuses épreuves et dont chacun est spécialisé dans le maniement d’une arme particulière moi ça me fait comme des relans du Roi Arthur. Surtout quand on les voit galoper joyeusement dans des lands humides. Et puis un guerrier en Angleterre au Moyen-âge qui se bat contre un mec au pouvoir qui s’appelle Jean ça me fait sentir des effluves de Robin des bois. En moins bien, la faute à une réalisation hachée, un scénario mal tourné, des dialogues médiocres et une version française, une fois n’est pas coutume, à revoir.

La scène WTF : La châtelaine s’approche du Templier, effleure sa grosse épée et lui demande comment elle se manie. Amis de la subtilité bonjour !

La réplique WTF. « Mais Thomas, je ne suis pas un pêché ! »

En conclusion, conseillez ce film à vos ennemis, à votre belle-mère ou à votre voisine envahissante.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s