Des vents contraires, vie de famille dans la tempête

Autant que vous le sachiez tout de suite, je ne peux pas être objective lorsqu’il est question de Benoît Magimel. Du coup je n’essaierai pas de l’être. Je ferai même pas semblant, ce serait d’une malhonnêteté sans pareille.

BenoitMagimelGIF_zpsb0b9335b
Bon, pour être parfaitement honnête, j’ai trouvé La pianiste vraiment super malsain. Mais ça n’a rien à voir avec Benoît.

Voyez à quel point je vous respecte. En échange, je vous implore de m’excuser dans le cas où je multiplierais les superlatifs et si jamais mes descriptions transpirent l’admiration mal déguisée en critique positive.

Des vents contraires (Jalil Lespert) des vents contraires post

Pour le pitch, devinez quoi, c’est l’adaptation d’un roman qui parle de la dure remontée de la pente après la séparation forcée d’avec l’être cher. Ah oui. Et y a Audrey Tautou dedans. Bon les ressemblances avec La Délicatesse s’arrêtent ici. D’abord parce qu’Audrey Tautou joue la disparue, ce qui fait qu’on ne la voit que très peu. Là, on s’intéresse à l’histoire de Paul, un écrivain dont l’inspiration est malmenée par une vie conjugale routinière et un rôle de père assez chronophage. Un jour, tout change. Après une énième dispute, sa femme ne revient pas du travail. Elle disparaît du jour au lendemain, sans un mot, sans un signe, laissant derrière elle ses enfants et sa carrière.

Partir ? Rester ? Dépérir dans le passé, aller de l’avant ? Vivre pour elle, survivre pour eux ? Les voilà, les vents contraires, des questions sans réponse, aucune piste à suivre, un vide qui ne peut se remplir. Une absence corrosive, une présence imaginée et la vie qui continue dans cette attente figée. La vie, à travers Clément et Manon les deux gamins qui ont désespérément besoin de leur Papa.

Vous remarquerez que jusque là je n’ai pas tellement parlé de Benoît Magimel, et bien je vais vous dire : il porte le film à lui tout seul (un peu aidé dans sa tâche par des seconds rôles bien trouvés). Il est beau dans la fragilité. Il est juste dans la tristesse. Il est émouvant dans la complicité, fort dans la colère, discret dans la subtilité. Simple dans l’humanité. Et rien que pour cette démonstration de talent, ce film mérite d’être vu.

Article initialement publié sur madmoiZelle.com

Publicités

Une réponse à “Des vents contraires, vie de famille dans la tempête

  1. Pingback: La vie de l’homme, Yves Saint-Laurent | Pauline C.·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s