The Hunger Games, chroniques d’une révolte résignée

A l’occasion de la sortie au cinéma du deuxième volet de The Hunger Games, je vous propose un petit retour sur la trilogie écrite par Suzanne Collins.

book_cinemagraph

Parce que les livres, c’est bien aussi !

Un futur pas très lointain. Après un conflit civil global, les Etats-Unis, connus dorénavant sous le nom de Panem, sont divisés en treize zones fortement délimitées sans véritables échanges possibles. Au centre, le Capitole, une sorte de mégalopole géante où vivent les classes sociales les plus aisées. Cette noblesse moderne, totalement oisive et vautrée dans le luxe et les excès, est alimentée en nourriture, en matière première et en énergie par douze districts qui regroupent chacun une compétence précise. Ainsi, le district 1, s’occupe des produits de luxe, le district 2 est expert en maçonnerie, le 3 s’affaire avec les nouvelles technologies et l’électronique, le 4 est spécialisé dans la pêche, le 5 fournit l’électricité, les transports sont l’apanage du 6, le 7 s’occupe du bois et du papier, le 8 est pourvoyeur de textile, le 9 de céréales, le 10 de bétail, le 11 a le monopole de l’agriculture tandis que le district 12 est exclusivement composé de mines.

hunger-games-trilogie

En Français : Hunger Games, L’embrasement et La Révolte

Katniss Everdeen habite dans la misère du district 12. Elle a 16 ans et s’occupe péniblement de la survie de sa mère et sa sœur en chassant illégalement dans les forêts alentours. Depuis ses 12 ans, comme tous les enfants des districts, elle est susceptible d’être tirée au sort pour participer aux Hunger Games. Ces jeux télévisés, imaginés par le Capitole, ont lieu chaque année. Ils mettent en scène 24 participants, un garçon et une fille de chaque district, enfermés dans une arène et se terminent lorsque tous les tributs se sont entretués. Il ne peut y avoir qu’un vainqueur. Ce procédé barbare et sanglant est un spectacle obligatoire pour tous, censé rappeler aux habitants des districts, pour la plupart pauvres et opprimés, leur lourde défaite dans leur soulèvement face au Capitole, 74 ans plus tôt.

Le jour de la Moisson, Katniss n’a qu’une prière en tête : que son nom ne soit pas prononcé lors de la sélection des Tributs. Son souhait sera exaucé : c’est sa sœur qui sera désignée. Mue par un instinct de protection, elle se porte volontaire pour embrasser le destin funeste de tribut à la place de sa cadette et se retrouve embarquée dans une machine cruelle, huilée et hypocrite qui la dépasse totalement.

hunger-games-2-affiche-katniss-600x280

Partie de l’une des affiches de Catching Fire

Dystopie acerbe et réaliste, la trilogie The Hunger Games, sortie entre 2008 et 2010, est l’histoire, au présent à la première personne, de Katniss, une adolescente indépendante au caractère bien trempé. Pour autant, les rouages de la société de classes imaginée par Suzanne Collins sont dépeints de manière claire et imagée. Le style, simple et direct à l’image de la narratrice, ne s’encombre pas de descriptions enjolivées et de figures de styles alambiquées. Ainsi, le lecteur, dans la tête de Katniss, se sent aspiré dans le récit. Il embrasse les colères de l’héroïne, admire son courage et soutient ses assauts résignés. Ainsi, ceux qui auront été conquis par le combat désespéré de Hunger Games se plongeront urgemment dans la colère froide de l’Embrasement (Catching Fire) avant de faire résonner le cri de Révolte (MockingJay) du troisième tome.

Véritables pamphlets contre la société du spectacle et les jeux de pouvoir, les romans critiquent autant les stratégies des décideurs, quelle que soit leur place dans la configuration politique, que l’apathie et l’immobilisme des spectateurs.

Réfléchi et complet, avec sa part de romance, d’espoir et de troubles, ce texte est un incontournable de la littérature pour adolescents. A se procurer de toute urgence (si ce n’est déjà fait) par les amateurs du genre.

Voir aussi la chronique sur les films : Hunger GamesCatching Fire et Mockingjay Part 1.

Publicités

7 réponses à “The Hunger Games, chroniques d’une révolte résignée

  1. Pingback: Hunger Games, leçon de survie | Pauline C.·

  2. Pingback: Catching Fire, l’avènement d’une icône | Pauline C.·

  3. Pingback: Divergent : les livres sous la nouvelle franchise Summit | Pauline C.·

  4. Pingback: The Fault In Our Stars, nouveau regard sur la maladie | Pauline C.·

  5. Pingback: The Maze Runner : une autre trilogie a trouvé le chemin du ciné | Pauline C.·

  6. Pingback: Divergent, Shailene Woodley se démarque | Pauline C.·

  7. Pingback: Hunger Games : Mockingjay Part 1, | Pauline C.·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s