La Reine des Neiges : quand Disney fait apprécier l’hiver

L’hiver, c’est le moment idéal pour aller s’enfermer au cinéma. En plus, y a le nouveau Disney, La Reine des Glaces, en anglais, Frozen.

tumblr_mj5fsbOzcB1qanm80o1_500

Non mais rien à voir, Madge, rentre à la maison.
Elsa et Anna sont les deux petites princesses du royaume d’Arendelle. Espiègles et complices, elles s’amusent à construire des bonhommes de neige et à faire du patin à glace dans le salon de leurs parents. Il faut dire que les mains d’Elsa ont le pouvoir de commander au froid. Elle crée des flocons, des gelées, des stalactites et Anna adore ça. Sauf qu’un matin, alors qu’elles jouent, Elsa perd le contrôle de son pouvoir et blesse sa sœur. Afin de guérir la petite princesse, il est décidé d’enlever tous les souvenirs qu’elle a du pouvoir de son aînée. Soutenue par ses parents, Elsa devra cacher ses mains glaçantes aux yeux de tous et ne parler de ses capacités à personne. Elle s’enferme, s’isole afin d’éviter d’être dangereuse.

Elsa-Snow-Queen-GIF-Disney-Frozen

Et puis parce que ça lui fait plaisir, aussi.

Ce n’est pas au goût de la maladroite Anna, décidée à ce que sa sœur profite de la vie en société. Entouré de compagnons de routes pour le moins surprenants, elle s’en va lui rendre raison.

La Reine des Neiges est librement adapté d’un conte qu’Hans Christian Handersen a publié en 1844. Ici, librement veut dire que certains éléments de base ont été utilisés mais que, globalement, tout a été imaginé. Et c’est plutôt sympa. Contrairement à l’ambiance puritaine et religieuse du conte, le film d’animation donne vie à des personnalités attachantes et complexes. Sven le renne et Olaf le bonhomme de neige forment un duo aussi détonnant que Pascal le caméléon et Maximus le cheval dans Raiponce. Pour autant, ce ne sont pas les seuls à faire rire, les personnages principaux y mettent aussi du leur, bien aider par la précision de l’image et les détails de l’animation.

Comme Pixar l’avait fait avec Rebelle, Disney centre son histoire sur une héroïne active. Si on ne verra pas tous dans ce film une métaphore de la libération sexuelle féminine, ça fait du bien de voir une image de la femme autre que la demoiselle en détresse dépendante et soumise. Parmi les messages soutenus par le récit, on relève l’encouragement à ne pas réprimer sa personnalité. De plus, il est intéressant de montrer à la fois qu’un pouvoir peut être utilisé pour le bien ou pour le mal et qu’une personne différente n’a pas à être exclue de la communauté sous prétexte qu’on ne la comprend pas.

Absolument dans l’air du temps avec des paysages hivernaux étincelants et éblouissants, la Reine des Neiges en met plein la vue… et plein les oreilles… oui, c’est un Disney, ça chante.

Publicités

8 réponses à “La Reine des Neiges : quand Disney fait apprécier l’hiver

  1. Pingback: Oscar 2014, c’est parti ! | Pauline C.·

  2. Pingback: Oscars 2014, c’est parti ! | Pauline C.·

  3. Pingback: Oscars 2014, le palmarès | Pauline C.·

  4. Pingback: Noé, adaptation libre | Pauline C.·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s