Jack et la mécanique du cœur, comptine esthétique et merveilleuse

Jack et la mécanique du cœur est sorti le 5 février. Ce film poétique laissera potentiellement des étoiles dans les yeux de l’enfant qui est en vous.

images
Monte, Jacky, je t’expliquerai en chemin.

Jack est né le jour le plus froid du monde. Tellement froid, qu’à Édimbourg, il pleuvait des oiseaux gelés, au milieu de flocons gros comme des pieds. Un froid à vous glacer les entrailles, à solidifier vos larmes et à craqueler vos joues rouges. Un froid à vous geler le cœur. C’est ce qui est arrivé à Jack.

Heureusement, il est né tout en haut d’une colline, chez Madeleine, une sorcière un peu loufoque qui a installé à la place de son organe frigorifié les rouages d’une horloge à coucou. Grâce à son cœur mécanique bien remonté, il peut vivre bercé par les tic-tacs du temps qui passe. Mais attention, il doit remplir trois conditions : 1, ne pas jouer avec les aiguilles ; 2, maîtriser sa colère ; 3, ne j.a.m.a.i.s. tomber amoureux, son cœur ne le supporterait pas.  Pour ne pas courir de risque, Madeleine l’enferme dans sa maison, tout en haut de la colline. Quand enfin elle l’emmène en ville, le jour de ses 10 ans, devinez quelle règle il va enfreindre ?

A sa décharge, la demoiselle est fraiche comme un flocon, brillante comme un rayon, elle chante comme un grillon et elle est… myope comme une taupe. Oui, ça a son charme.  Même s’il ne l’aperçoit qu’une seule fois, il est marqué à vie et il ferait tout pour la revoir. C’est là que commencent les aventures.

Ce film d’animation est l’adaptation du roman du même nom sorti en 2007. Le livre avait déjà été l’objet d’un album de Dionysos. Pour l’occasion, de nombreux artistes avait été invités : Olivia Ruiz, Emilie Loizeau, Grand Corps Malade, Jean Rochefort, Arthur H, Rossy de Palma et même Alain Bashung. Ces artistes ont été à nouveau embarqués dans l’aventure cinématographique puisqu’ils font cette fois-ci parler les personnages qu’ils avaient fait chanter. Autant dire que l’on nage dans un univers à l’imaginaire minutieusement créé, pensé et travaillé.

299873-jack-et-la-mecanique-du-coeur-400x210-2

Cet univers, c’est celui de Mathias Malzieu. Ça tombe bien parce que c’est lui qui est au scénario et à la co-réalisation. En d’autres termes, le film a beau être produit par Europacorp, il reste la création de son auteur.

Et l’on ne saurait s’en plaindre. Loufoque, esthétique, métaphorique,  épique, il faut beaucoup de mots pour décrire le résultat final. Cela ressemble à la mise en image d’un rêve avec une narration impeccable et cohérente malgré le fait qu’on flotte pas loin de l’absurde. C’est irréaliste, c’est fondant, c’est rock n’roll, c’est rythmé, c’est étoilé, parfois épineux. Les personnages sont expressifs, ils paraissent avoir été recalés d’un Tim Burton parce que trop pleins d’envie de vivre. Cela emporte, cela transporte vers un soi-même à l’époque où les fables avaient un sens. Ce n’est pas un dessin animé pour enfant, c’est un film d’animation pour adulte émerveillé.

Publicités

3 réponses à “Jack et la mécanique du cœur, comptine esthétique et merveilleuse

  1. Pingback: Bilan 2014 | Pauline C.·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s