300 Rise of an empire, requiem graphique pour cause perdue

Vous vous souvenez de Xerxès, Dieu-roi imberbe, perse, huilé, percé, ambitieux, mégalo qui s’est mis en tête d’envahir la Grèce et qui a tué jusqu’au dernier les 300 Spartiates de Léonidas ?

generous-god-o
Celui-là même, en effet.

C’était il y a 8 ans dans le film spectaculaire de Zack Snyder. Eh bien, il est de retour. Enfin plutôt, nous sommes de retour, lui n’a pas bougé. Il est toujours là, sur le champ de bataille, contemplant les yeux morts du roi qu’il vient de terrasser, sans pitié, avant de fixer son regard sur un autre objectif, Athènes. A Athènes, justement, sans être au courant du sacrifice de Léonidas et ses hommes, Thémistocle (Sullivan Stapleton, irréprochable), tente d’unir les cités-états grecques et de lever une armée pour défendre la démocratie, la liberté et le droit de porter des jupettes. Bah oui, faut avoir des convictions et ça lui va très bien. Héro de la grande bataille de Salamine qui a eu lieu 10 plus tôt contre les Perses également, Thémistocle est à l’origine de la mort de Darius, le papa de Xerxès. Il se sent coupable parce qu’il aurait pu aussi tuer le fils mais ne l’a pas fait. Il a le sentiment que la vengeance de Xerxès s’abat sur la Grèce à cause de lui. Du coup il s’en veut mais bon, c’est la guerre, les gars.

Avec le peu d’hommes qu’il a réussi à recruter, il s’en va défier la flotte perse et son chef, la mortelle Artémise (Eva Green, envoûtante). Combattante émérite, sans pitié, stratège hors pair, elle tient ses hommes d’une main de fer et n’hésite pas à prendre les armes s’il le faut.

Comme vous l’avez vu, le contexte est plutôt long à expliquer. Scénaristiquement, c’est pas de la tarte. Surtout quand on a décidé de donner la part belle aux combats. Du coup, il faut plutôt s’accrocher pour comprendre le pourquoi du comment. Mais finalement on s’en fout un peu, la trame peut se résumer par la répétition du même cycle narratif :

Thémistocle : Il faut qu’on se batte, qu’on s’unisse, les gars parce que [explication du contexte].
Interlocuteur : Ouais non, je sais pas j’me tâte, perso, mais Jean-Claude est motivé, lui, pars-donc avec Jean-Claude !
Thémistocle : Bon, les gars, on n’est pas beaucoup mais la liberté, c’est bien, la tyrannie, c’est mal, mourir, finalement c’est cool, on n’a pas trop de question à se poser par rapport à la retraite, tout ça. Je propose qu’on se sacrifie pour la Grèce.
Soldats : YOUYOUUU, enfilez vos armures ! Ah non, on n’en a pas ! C’pas grave, YOLO !

Artémise, en aparté : tuer grecs, sang des grecs, charpie de grecs, bouillie de grecs.

300-131204

Après ça, on peut passer aux choses sérieuses : les combats. Parce que tout le reste est là pour que l’on puisse voir se mouvoir les corps, saillir les muscles et gicler le sang. D’abord, les deux armées s’affrontent sur l’eau, cela donne lieu à des mouvements et à des images inhabituels. Lorsqu’on se rapproche des combattants, la force pure, la rudesse des altercations, la brutalité des chocs sont magnifiées par la lumière et la multiplication de gros plans au ralenti. L’utilisation des contrastes, notamment dans la scène d’ouverture, permet un rendu esthétique à couper le souffle. Les graphismes se rapprochent de ceux des comics d’origine, écrits par Frank Miller et colorisés par Lynn Varley.

Malgré un changement de réalisateur – c’est Noam Murro qui est derrière la caméra – on retrouve l’ambiance particulière de 300. En même temps, Zack Snyder, auteur du premier film n’est pas loin, il est co-scénariste et producteur. Ne surtout pas y aller pour l’aspect historique ou psychologique, on y va pour le grand spectacle et on en prend plein les yeux.

Publicités

Une réponse à “300 Rise of an empire, requiem graphique pour cause perdue

  1. Pingback: Bilan 2014 | Pauline C.·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s