The Perks Of Being a Wallflower, l’adolescence vu de dedans  

Charlie n’a pas d’ami. Ou plutôt, il n’en a plus, le seul qu’il ait jamais eu ayant décidé de mettre fin à ses jours au cours de l’année précédente. Charlie est seul, il va rentrer au lycée, n’a pas très envie et n’a personne à qui en parler. Il aurait bien aimé en parler à sa tante Helen mais Tante Helen n’est plus là. Sa sœur et ses parents ne sont pas une alternative et son frère est parti à l’université.

Charlie est seul alors il décide de raconter son quotidien, par lettres, à une personne qu’il ne connaît pas et qui ne le connaît pas. Il parle du lycée et de Bill, son professeur de littérature qui lui donne des livres à lire en plus du programme scolaire. Il y parle de Sam, la belle Sam. Il paraît qu’elle a une réputation. Mais Charlie s’en fout. Il parle de Patrick, alias Nothing, le demi-frère déluré de Sam. Il parle de sa découverte des autres et de sa découverte de lui-même. Il parle de l’adolescence, de ses peines, de ses espoirs. Il cherche un ami, une voie, l’amour et un sens à tout ça. Il écoute et comprend, observe et raconte, s’imprègne et régurgite : c’est ça, l’avantage d’être une éponge.

large

Malgré le parti pris de l’épistolaire, Stephen Chbosky parvient à rendre un travail sans hachure. On y voit l’évolution du personnage, intelligemment mise en scène à travers un changement dans l’écriture. Sans nostalgie et sans jugement l’auteur dessine tantôt subtilement, tantôt crûment le Monde de Charlie.

Emprunt d’une délicatesse innocente et presque involontaire, The perks Of Being A Wallflower dresse de l’intérieur le portrait de l’adolescence et ses ambivalences. Charlie n’est pas mieux qu’un autre, pas pire. Il est handicapé des relations sociales, en retrait, toujours à contretemps. Mais il comprend, critique, intègre, assimile et prend suffisamment de recul pour que son récit aspire le lecteur dans un autre lieu, une autre époque et un autre âge. Et le voyage n’a rien de dérangeant.

And in that moment, I swear we were infinite.

Publicités

13 réponses à “The Perks Of Being a Wallflower, l’adolescence vu de dedans  

    • Moi aussi, j’ai adoré le film, c’est d’ailleurs pour ça que je voulais absolument lire le bouquin. C’est une très bonne adaptation (en même temps, le réalisateur est l’auteur du bouquin) même si ça reste une version lissée et édulcorée.
      Il se lit assez rapidement et l’épistolaire c’est vraiment cool pour les transports en commun. 😀 (bon je dis ça mais moi, en général, je dévore tout d’une traite)

      • Si l’auteur du bouquin est aussi le réal du film, c’est normal que le film soit bon. Même s’il ne peut pas adapté son roman mot pour mot, il ne peut tout de même pas avoir plus fidèle que lui 🙂
        J’ai plein de livres à lire, alors je ne sais pas quand je m’y mettrais. Mais il est dans ma liste des livres à lire (cette liste est très très longue…)

      • Juste par curiosité, quels autres titres figurent sur ta liste ?
        Je viens de me lancer dans Méto, la trilogie d’Yves Grevet et je me demande déjà ce que je pourrais lire ensuite ^^.

      • Il y en a beaucoup trop pour que je te les dise tous, mais il y a le nouveau Dashner (The Eye of Minds), Gonelore de Pierre Grimbert, les contes de Frères Grimm et de Perrault (les vrais), la saga des Mortal Instruments, Percheron, de Fiona McIntosh, tous les Tolkiens que j’ai et que je n’ai toujours pas lu, la suite de Game Of Thrones, Le Guide du Voyageur Galactique de Douglas Adams…Et tellement plein d’autres….

      • AH oui, une sacrée liste ! Une nouvelle idée de titre si ça t’intéresse, Love Letters to the Dead d’Ava Dellaira, sorti ce mois-ci. Epistolaire également et approuvé par l’auteur de The Perks… ça a attiré mon attention.

      • Il y en a qu’un petit bout, là. A chaque fois que je passe dans les rayons de Foyles ou Waterstone (ou FNAC, mais je n’ai plus très souvent l’occasion de faire les rayonnages de livres en France), j’ajoute deux-trois titres à la liste.
        Et si en plus, tu m’en proposes d’autres, ça ne va pas du tout arranger mes affaires tous ça 😀

  1. Pingback: Noé, adaptation libre | Pauline C.·

  2. Pingback: Love Letters to the Dead, Le Monde de Laurel | Pauline C.·

  3. Pingback: Fury : intentions intéressantes mais message brouillé | Pauline C.·

  4. Pingback: Bilan 2014 | Pauline C.·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s