Dragons 2, plus haut, plus loin, plus fort, plus drôle

Rappelez-vous. Nous avions laissé Berk, village viking pittoresque, nouvellement entiché de ses voisins dragons. Le rapprochement entre les deux espèces s’était fait sous l’impulsion bien involontaire  de Hiccup, un jeune adolescent éloigné au possible du cliché du viking robuste, poilu, massif et impitoyable que l’ensemble de ses co-villageois semble prendre comme modèle et que son père, Stoick, le chef, respire par tous les pores.

L’aventure avait laissé à Hiccup de belles frayeurs, un dragon de compagnie, une jambe de bois, la reconnaissance de son père, de son village et l’affection d’Astrid la dure à cuire.

Cinq ans plus tard, tout va pour le mieux à Berk. L’entente entre vikings et dragons est idyllique, Hiccup et Toothless batifolent dans les airs, profitent du paysage et découvrent de nouvelles contrées et… de nouveaux dangers. Qui est donc ce Drago Bludvist, collectionneur de dragons qui semble terroriser tout le monde, y compris Stoick ? Comment mettre un terme à sa convoitise et l’empêcher d’imposer sa loi à la nouvelle moitié de Berk ? Accompagnés d’Astrid,  Fishlegs, Snotlout, des jumeaux Ruffnut, Tuffnut et de leurs montures, Hiccup et Toothless vont devoir montrer leur courage et la force de leur conviction. Cette nouvelle aventure, évidemment, se révèlera pleine de surprises.

Aventure, action, émotion, surprise, humour, Dragons 2 est un mélange détonnant qui ne se permet aucun faux-pas. Le scénario, s’il repose sur des ficelles déjà exploitées dans le premier film est solide sans être ultra-complexe. On a plaisir à retrouver cinq ans plus tard, dans le film comme dans la vraie vie, les personnages que l’on avait découvert. On s’aperçoit de leur évolution, tant d’un point psychologique que d’un point graphique. Chapeau d’ailleurs aux auteurs de l’animation qui ont su faire mûrir leurs traits, les faire changer sans les aliéner. Leurs caractères aussi sont plus affirmés même si l’on retrouve ces petites particularités qui nous avaient fait les apprécier à l’époque. Etant plus sûrs d’eux, leurs interactions sont plus creusées. La relation entre Hiccup et Astrid est rafraichissante et justement exploitée. Tous les deux sont complices sans être mièvres et il est appréciable que leur couple n’ait pas servi de prétexte pour noyer l’action dans un torrent de romantisme niaiseux.

how-to-train-your-dragon-2-astrid-and-hiccup

Les nouveaux protagonistes sont amenés sans beaucoup de subtilité mais ils se mêlent parfaitement aux autres. Ils s’ajoutent à des personnages secondaires excellents et les mini-intrigues dans lesquelles ils apparaissent en parallèle de la trame principale sont hilarantes. Aucun détail n’est laissé au hasard et l’humour est omniprésent, dans les dialogues, les arrières-plans, les gestes, les expressions, les regards et les postures : c’est un régal.

Pour autant il ne s’agit pas de parodier le premier film et les scènes émotives ne le sont pas qu’à moitié. En résumé, si le premier opus atteignait déjà des sommets, celui-ci le complète à merveille. Sus au salles de ciné !

Merci à LadySo de m’avoir embarquée.

Publicités

5 réponses à “Dragons 2, plus haut, plus loin, plus fort, plus drôle

  1. Mais de rien (zut, je savais que j’allais oublié de mettre le lien vers ton blog. Je vais le faire de suite !).

    Il est beau, ce film. Retournons-yyyy !!!

  2. Pingback: Bilan 2014 | Pauline C.·

  3. Pingback: Oscars 2015, les impressions | Pauline C.·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s