If I stay, le choix d’une vie

Mia a tout. Une mère punk genre bonne copine badass, compréhensive et sarcastique. Un père ancien rocker, nouveau hipster cool et bienveillant. Un petit frère aux batteries inépuisables, tellement expansif qu’il en est attachant. Des grands-parents aimants qui la supportent et la soutiennent. Un petit copain musicien, leader d’un groupe montant qui l’aime autant qu’il aime la musique. Une meilleure amie au caractère bien trempé, franche et présente sans être envahissante. Elle gravite dans un monde où la musique est omniprésente et l’affection évidente.

Il suffit d’un trajet anodin pour que Mia se retrouve seule et avec rien. Rien d’autre qu’un choix. Rester, embrasser le manque, réaliser ce qu’était le bonheur et qu’il n’est plus là ? Partir, ne pas aller plus loin, aller simplement ailleurs, s’apaiser par l’oubli et le néant ?

If-I-Stay-coverça me fait un peu mal que Twilight soit un argument de vente mais ne pas s’arrêter à ça.

If I stay s’attache, dans une situation tragique et sordide à montrer la beauté de la vie. Ce roman n’échappe pas aux clichés (l’amour c’est bien, l’amitié c’est cool, l’adolescence ça craint) mais il les utilise dans un cadre plutôt inédit et c’est écrit de façon vraiment intelligente. Le passé le présent et la possibilité d’un futur se chevauchent sans que l’on soit perdu dans la trame –peut-être parce qu’elle est particulièrement simple. En même temps c’est ce qui fait que le récit de Gayle Forman est prenant : on comprend très vite de quoi il est question et quels sont les enjeux. Le reste laisse le lecteur suspendu à une prise de décision, à ses conséquences et si l’on soutient de tout cœur Mia dans son épreuve, on est loin d’envier les deux alternatives qui s’offrent à elle.

Ce qui est aussi intéressant dans la façon de traiter le sujet est que l’auteure ne cherche pas à imposer l’une des options comme évidente. On n’a pas à faire à un discours culpabilisateur, dogmatique, moralisateur et il y est clairement montré que, certes, la vie est belle mais elle est loin d’être facile. La décision apparaît même comme une surprise.

Bien sûr, comme pour The Fault in Our Stars, le thème et la situation forment un environnement parfait pour un excès de pathos et un tirage de larmes en bonne et due forme mais dans cette confusion de détresse, de complaintes et de lamentations, les déclarations les plus émouvantes semblent les moins spectaculaires. Leur simplicité les rend touchantes. Leur maladresse les rend sincères.

Le livre a été adapté en un film où l’on retrouve Chloe Moretz et Jamie Blackley. Il sortira fin août dans les pays anglophones.

 Gayle Forman a écrit une suite, du point de vue d’Adam, le petit ami de Mia : Where she went.

Publicités

3 réponses à “If I stay, le choix d’une vie

  1. Pingback: Bilan 2014 | Pauline C.·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s