Et maintenant quoi ?

Et maintenant, quoi ? Qu’est ce qu’il va se passer une fois qu’on sera plus en colère, quand la vie aura repris son cours ? Qu’est-ce qu’il va se passer quand on arrachera les autocollants, les badges, quand on remettra nos trognes en photos de profil et quand on se rendra compte en recevant notre troisième numéro d’un abonnement à Charlie Hebdo obtenu au rabais, qu’en fait, c’est limite, des fois, ce qu’ils font et que de toutes façons, là c’est un peu vide (comprendre parce que leur rédaction est beaucoup trop vide aussi) ?

Qu’est-ce qu’il va se passer quand le FN continuera de monter au front avec des idées aussi éloignées des valeurs de la France que celles qui ont poussé des extrémistes à lâchement assassiner des journalistes ? Qu’est-ce qu’il va se passer quand n’importe quel autre parti se servira de ces événements pour proposer des mesures sécuritaires et liberticides ? Est-ce qu’on restera chez nous en se disant qu’on s’est déjà mobilisé ? Est-ce qu’on pensera à ce Charlie Hebdo posé négligemment au bord du canapé, à peine feuilleté ? Est-ce qu’on se dira qu’en fait, ce qu’il s’est passé à Charlie Hebdo, ça justifie un peu le retour de la peine de mort, quand-même, et que si y avait moins d’arabes en France et que si on était plus surveillés, ça serait sûrement pas arrivé ?

Est-ce qu’après avoir fièrement et farouchement défendu la liberté de penser, discuter et partager on se rendra enfin compte qu’on a surtout le devoir de le faire ?

Est-ce qu’on se rendra compte que non, tout n’est pas tout noir, tout blanc ? Que non, musulman ne veut pas dire islamiste. Que oui, il y a un problème quant à l’intégration des communautés musulmanes en France. Que non, ce n’est pas être raciste que de le relever parce que oui, tout le monde peut en recevoir le blâme. Que oui, on a le droit de ne pas apprécier les caricatures de Charlie Hebdo. Que oui, on a le droit de les apprécier aussi. Qu’on a le droit de rire de la religion. Que ça ne fait pas de nous des judéophobes, des christianophobes, des islamophobes ou des hindouismophobes. Que oui on a le droit de ne pas vouloir en rire. Que ça ne fait pas de nous des intégristes, des terroristes ou des intolérants. Que non, on ne peut pas empêcher son voisin de penser autrement que soi. Que oui, on a le droit de ne pas tous avoir envie d’asséner le même avis.

Encore faut-il, pour l’asséner, en avoir un. Encore faut-il, pour être légitime, avoir un avis réfléchi et informé qui soit le nôtre.

Encore faut-il prendre le temps d’ingérer, d’analyser ce qu’on entend, ce qu’on lit, ce qu’on nous dit. Encore faut-il prendre le temps de prendre du recul, de questionner, plutôt que d’éponger mollement les informations stagnantes et sans profondeur qui sont à notre portée.

C’est moins facile, je le concède, il faut avoir envie de s’en donner les moyens. Parce qu’il faut pouvoir argumenter, parce qu’il faut vouloir mettre des mots sur ses pensées. C’est beaucoup plus fatiguant que de suivre la foule virtuelle et de changer sa photo de profil ou de tweeter un hashtag. C’est beaucoup plus épuisant que de lire exclusivement Voici ou que d’écouter RMC en boucle toute la journée. C’est beaucoup plus éreintant que de simplement être d’accord, sans formuler quoi que ce soit par soi-même, sans mettre en relief. C’est beaucoup plus lassant que de macérer dans les mêmes dogmes et de répéter les mêmes éléments de langage. Ça demande de l’intérêt, de la motivation. Ça demande d’être alerte et de ne pas avoir peur de remettre ses propres pensées en question. Ça demande de ne pas subir les vagues d’opinions pré-mâchées aux visées électoralistes (de tout bord). Ça demande d’avoir des pensées. Ça demande de penser par soi-même, de glaner çà et là des informations, des détails, des faits qui entreront en écho avec nos convictions, nos valeurs et notre cadre de pensée.

Nous avons la chance d’être libres de le faire, il serait temps d’en profiter.

 

Publicités

2 réponses à “Et maintenant quoi ?

  1. Enfin un article qui n’entre pas dans le moule, un article qui questionne. Je voulais te remercier car il dit très bien ce qu’aujourd’hui je n’arrive pas à mettre en mots.

    Je suis comme toi : je me questionne énormément sur l’Après. Et c’est lui, justement qui, sans me faire peur, me fait souci … Hier soir j’écoutais Cohn Bendit qui engueulait tout le monde et qui disait qu’il fallait faire des émissions éducatives pour apprendre aux gens à se connaître et s’aimer. Il est bien gentil mais combien préfèrerons regarder ces émissions (si elles sont réalisées et diffusées à des heures raisonnables) plutôt que de s’abrutir devant la télé-réalité ?

    Il y a eu, certes, un énorme mouvement mais je crains qu’il ne retombe comme un soufflet … Espérons que je me trompe.

    • Merci pour ton commentaire :).
      Je ne suis pas d’un naturel optimiste et c’est la première fois que je m’en veux pour ça. C’est vrai, c’etait beau, c’etait fort, ce soulèvement unanime. Est-ce qu’on serait en fait fait d’un bois plus solide que je pensais ?

      La réponse que j’ai trouvée, personnellement, et que c’est notre responsabilité collective et personnelle (ça l’était déjà avant mais si cet événement peut agir comme une piqure de rappel, ce serait pas mal). Qu’on se doit de s’informer et de se faire un avis qui ne soit pas immuable sur ce qui nous tient à coeur. Et qu’on se doit aussi de partager des informations qu’on trouve intéressantes même si ce n’est pas dans leur ensemble, pour créer une discussion et toucher le plus de personnes possibles. Et si on pouvait montrer dans tout ça autant de respect réciproque et de savoir vivre que dans les marches républicaine, ce serait fantastique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s